Fathia et le ...

Fathia et le Margoum ou quand la tradition disparaît

Societe.tapis-margoum_dFathia est fatiguée. Elle nous reçoit en souriant, mais sur le dos de ses mains ridées, on voit que les années de travail commencent à chiffrer.

Fathia a 53 ans et elle fait des margoums depuis qu’elle a quitté l’école.

A l’époque, elle était en 6ème année maths-sciences et rêvait de devenir médecin. Elle ferme les yeux un instant et fait un geste de la main, comme pour balayer ce passé et ses envies qui lui auraient peut-être offert une autre vie. “Travailler dans le tapis était une chose normale à l’époque à Kairouan, et dans chaque maison on trouvait une pièce avec son métier à tisser. Les femmes passaient de longues heures à nouer les fils de laine à la trame principale pour former des dessins de couleur. Aujourd’hui les choses ont bien changé“, explique-t-elle.

Installée dans son atelier, un petit local sans fenêtre où un ventilateur brasse péniblement l’air chaud de Kairouan,  Fathia se désole de voir son activité diminuer, son métier disparaître.  Certes,  des jeunes filles viennent toujours apprendre les techniques de tissage de margoum “et elles travaillent très bien” mais ce n’est plus comme avant.

Advertisment

El Menchia, son quartier, le quartier des tisserandes, s’est vidé, doucement, parce que ça ne payait plus, “c’est presque travailler gratuitement de nos jours“.

A la fin des années 80, le prix du margoum s’est écroulé. Depuis, celui de la laine et de l’électricité n’a fait qu’augmenter. Personne ne peut suivre. “Aujourd’hui on gagne quelques dinars par jour, ça ne vaut plus rien.”  Ce que Fathia ne dit pas ce voit sur son visage, marqué. Tisseuse de tapis est une activité fatigante, qui casse le dos et abîme les yeux.

En relation :  Recette Kaftéji de Kairouan

Malgré la rudesse de la tâche, Fathia s’est attachée à son métier et est préoccupée par la situation. “C’est dommage que l’activité baisse, parce que ce savoir-faire se perd. Bientôt plus personne ne fera de margoum, ce tapis à nœud qui a fait pourtant la réputation de Kairouan.”

S.S.

Print Friendly


1 commentaire

  1. merci de me donner l’adresse, je voudrais acheter un mergoum pour ma fille qui va se marier dans deux mois, je préviligie la tradition du tapis tunisien à tous ces tapis importés et qui sont affreux merci

Laisser un commentaire