IMC et l’obésité

Les maths vont nous servir à autre chose qu’à faire les courses ou payer les factures. Cette fois nous allons faire un calcul tout simple pour vérifier que l’on n’est pas en surpoids. Et c’est Kaouther Blaiech, nutritionniste à la délégation régionale de l’ONFP de Tunis qui nous l’explique. 

Au planning famillial du Bardo, Kaouther Blaiech prend tous les types de femme en charge : les jeunes à partir de 15 ans aussi bien que les femmes adultes, les personnes bien portantes tout comme les personnes atteintes de pathologies.

« La première étape est l’évaluation de l’état nutritionnel de la patiente grâce à la formule de l’Indice de Masse Corporelle. L’IMC est la référence de mesure. Cet indice est calculé simplement : il suffit de diviser notre poids (en kilogrammes) par notre taille (en mètres), mise au carré.

Exemple : 60 kilos pour 1,60 m.

= 60/ (1,60 x 1,60) = 23,43

Une fois que vous avez cet indice il faut le lire en fonction d’un classement simple

IMC < 18,5 : maigreur

18,5 à 24,9 : corpulence normale

25 à 29,9 : surpoids

> 30 : obésité

>40 : obésité massive

« La plupart du temps cette question de surpoids et d’obésité est dûe à une mauvaise alimentation et à l’absence d’activités sportives. Il suffit pourtant de faire 30 minutes de marche par jour pour lutter contre la sédentarité :  vous prenez les escaliers au lieu de l’ascenseur, vous descendez une station plus tôt du métro,  vous allez faire  vos petites courses à pied… Pour la nourriture, il faut  faire 3 repas par jour, des repas équilibrés en apport de protéines, lipides et glucides, explique Kaouthar. »

 Donc rien de sorcier : l’obésité vient d’un déséquilibre entre les entrées et les sorties alimentaires et une trop grande sédentarité. « ceci pour les facteurs que l’on peut modifier. Il existe aussi cependant un facteur non modifiable : c’est la génétique. »

Kaouthar recommande donc d’éviter les fritures et de privilégier, pour les viandes, la cuisson à la vapeur, en papillote ou grillée. « C’est aussi très important de ne pas sauter le petit déjeûner. Il doit  lui aussi  être équilibré » Voici deux exemples de petit-déjeûner qui doivent vous permettre de tenir la matinée :

Protéine

Sucre lent

Sucre rapide

Lipide

Lait

Pain

Fruit

C. à c. d’huile d’olive

Yaourt

Bsissa

Fruit

C à c. d’huile d’olive

Sana Sbouai


Une réponse à IMC et l’obésité

  1. Ping : IMC et l’obésité | Directinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ 7 = 8

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>