Du Chemtou au...

Du Chemtou au Pays du Soleil levant…

Après quelques années à l’étranger, Lamine Ben Amor est revenu en Tunisie en 1990. Il avait envie de se reconvertir. C’est alors qu’il s’est mis, au départ par hasard pense-t-il, à travailler la pierre avec les marbriers italiens installés à Tunis. C’est là, avec eux, qu’il apprit à sculpter, à calpiner, à tailler… et qu’il s’est découvert une vraie passion pour la pierre.

Puis Lamine a ouvert son premier atelier à Ezzahra avant de s’installer à Hammam-Chott où il travaille aujourd’hui sous le figuier du jardin. Et quand il ne coupe pas, dehors au soleil toutes les petites pièces qu’il ramasse inlassablement, il parcourt le pays à la recherche de pierres extraordinaires, de galets de rivière, de vieux carreaux de céramiques tunisiennes, de verres polis…

Advertisment

Avec les grosses pièces, Lamine fabrique des vasques « juste » creusées comme si l’eau avait érodé naturellement la matière, des lampes, des appliques, des assiettes, des tables, des plateaux… Mais ce n’est pas tout, Lamine Ben Amor n’a pas son pareil pour restaurer ou refaire à l’ancienne de petits meubles, récréant un plateau de table ou assemblant comme un puzzle vieux carreaux et belles pierres. Il se déplace également pour effectuer à domicile des salles de bain digne de villas romaines, et sculpte entourages de portes ou de miroirs en  marbre comme de la dentelle.

Pas besoin de publicité, le bouche-à-oreille, comme souvent en cas de talent, a fait son œuvre… On retrouve ses créations dans des galeries mais, plus extraordinaire pour ce monsieur, tout simple, à Washington et jusqu’au Japon. Et ça, il n’en n’est pas peu fier ; il faut dire que ce n’est pas tous les jours qu’un client nippon débarque dans son jardin pour lui commander 1000 kg de carreaux 2x2cm. Même si la crise est passée par là, Lamine vit une retraite tranquille et active car il ne travaille que par amour.

En relation :  Analyse du projet de Constitution en Tunisie

suite page 2

Print Friendly


Pas de commentaire

Laisser un commentaire