Le charme d&#...

Le charme d’une nuit torride

famille_contribution-libre_le-charme-dune-nuit-torrideLa pluie martelait la toiture de la maison, un bruit aigre et fort remplissait la chambre, avec le souffle du vent qui passait à travers les volets de la fenêtre, on aurait pu dire des fantômes qui se battaient. Le courant électrique était coupé, seule la lumière faible d’une bougie éclairait à peine la pièce, on avait du mal à distinguer certains meubles et objets. Il faisait froid, pas de quoi se réchauffer, à part une couverture légère qu’elle avait monopolisée sur son dos et autour de son corps recroquevillé en position assise.

On pouvait à peine distinguer son visage, et sa main qui tenait le livre qu’elle lisait. Malgré la faible lumière, j’arrivais à voir l’intensité de son regard amplifié par les lunettes qu’elle portait, qui essayait de distinguer les mots et les lignes qu’elle épelait en silence sur le bout de ses lèvres…

Advertisment

famille_contribution-libre_le-charme-dune-nuit-torride2Je prenais la même position qu’elle, en essayant de faire le moins de bruit possible évitant ainsi de la déconcentrer, dans l’espoir de trouver un peu de chaleur. Je laissai à mes yeux libre champ pour contempler le paysage qui s’offrait à eux. La flamme de la chandelle de cire bougeait de temps en temps, faisant un relief de magie dans ses yeux qui paraissaient s’illuminer en une fraction de seconde. À chaque mouvement de sa bouche, ses lèvres exquises brillaient, comme du miel exposé au rayon de soleil. Elle était si charmante et belle, comme si la lune avait quitté le ciel et s’était venue s’installer devant moi. Je la dévorais passionnément du regard tellement elle était magique comme les étoiles qui brillaient de milles feu…

En relation :  Un agent de la garde nationale agressé par des inconnus cagoulés à Mareth

suite page 2

Print Friendly


Pas de commentaire

Laisser un commentaire