Les mensurati...

Les mensurations de Kelly Brook, la femme parfaite

beauté-kelly-brook

Nous avons découvert à quoi ressemble le modèle type de la femme parfaite. Un résultat qui a pris en compte tous les critères de beauté des différentes cultures dans le monde. Et c’est l’actrice Kelly Brook qui regroupe le maximum de ces critères.

Avec ses courbes sulfureuses, sa poitrine galbée sans recourir à la silicone, un visage vierge de collagène et sa parfaite longue chevelure châtain, Kelly est désormais l’exemple type de la femme parfaite et épanouie. Elle qui adore les Big Mac, les frites… qui snobe les régimes draconiens mais aime les exercices de sport  pour maintenir sa forme. Selon elle, «les femmes dans les années 1950 étaient tellement plus sexy. Voilà ce que j’aspire à ressembler. Ma mère m’a donné ce visage et ce corps, je suis reconnaissante et je ne veux pas commencer à déconner avec ce qu’elle m’a donné…».

Les critères de la femme parfaite :1425424_617955438262261_100030943_o

Les cheveux naturellement longs  avec des boucles épais de couleur châtaigniers. La brillance a longtemps été un signe de la santé et c’est ce qui fait  l’attirance d’une femme chez les hommes.

Advertisment

Le Visage, selon le Dr Ben Jones du laboratoire Visage de l’Université d’Aberdeen «Les hommes de toutes les cultures sont attirés par un visage enfantin avec de grands yeux et des sourcils arqués qui semblent compatibles avec des niveaux élevés d’œstrogène.”

La Poitrine : son buste  de 34E n’a pas besoin d’un coup de pouce en silicone.

En relation :  Au secours j'ai une chute de cheveux !

1488196_629395930451545_992653560_n

La Taille fine qui marque leurs bustes et  leurs hanches.

Les Hanches, les chercheurs de l’Université du Texas estiment que les  hanches parfaites  d’une femme doit être en ratio par rapport au tour de taille de 0,7%.

Les Jambes d’une longueur d’un mètre et demi  en minimum, celle de Kelly sont à 165 cm. C’est ce qui fait qu’elle a des broches plus longues que la femme moyenne, selon les experts de l’Université de Gdansk.

Print Friendly


Pas de commentaire

Laisser un commentaire