Présentation ...

Présentation du livre “Les Valeureuses: Cinq Tunisiennes dans l’Histoire” de Sophie Bessis à l’IFT

Elissa-Didon, l’antique fondatrice de Carthage, Aïcha Sayida Manoubia, la sainte du XIIIe siècle, Aziza Othmâna, princesse dans la Régence, Habiba Menchari, la féministe de 1929 et Habiba Msika, actrice et chanteuse adulée des années 1920, ces cinq figures de proue sont au centre d’intérêt du nouvel ouvrage intitulé “Les Valeureuses: Cinq Tunisiennes dans l’Histoire” paru aux éditions Elyzad, 2017.

Ecrit par Sophie Bessis, historienne et journaliste franco-tunisienne, ce livre qui a été soutenu dans le cadre du programme d’aide à la publication (PAP) 2016, sera présenté dans le cadre des “Mardis de l’IFT”, et ce, le mardi 21 février à l’Institut français de Tunisie.

Advertisment

Le livre revient sur le parcours et le récit de ces cinq femmes qui ont laissé une trace si profonde dans les mémoires tunisiennes qu’elles sont devenues des mythes. Chacune, à sa façon, a franchi la frontière du monde où les femmes sont invisibles pour entrer dans l’Histoire. En racontant leurs vies, “j’ai voulu comprendre pourquoi elles incarnent encore aujourd’hui des figures vivantes de la liberté” écrit l’auteure.

Biographie de Sophie Bessis :

Née en 1947 à Tunis, l’historienne et journaliste franco-tunisienne Sophie Bessis est agrégée d’histoire et ancienne rédactrice en chef de l’hebdomadaire “Jeune Afrique”. Elle est actuellement directrice de recherches à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) de Paris et secrétaire générale adjointe de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH). Elle a longtemps enseigné l’économie politique du développement au département de science politique de la Sorbonne et à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO).

En relation :  Manel Amara dévoile son futur époux

Consultante pour l’Unesco et l’Unicef, elle a mené de nombreuses missions en Afrique. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages dont une biographie de Habib Bourguiba.

Print Friendly


Pas de commentaire

Laisser un commentaire