Polémique con...

Polémique concernant le conte “Le fiancé voleur”: le propriétaire des éditions “Kounouz” clarifie

A la suite de la polémique qui a eu lieu sur les réseaux sociaux concernant le conte ” Le fiancé voleur “, faisant partie de la collection ” Mythes et légendes ” et édité en langue arabe, Mohamed Salah Maalej, gérant et propriétaire des éditions Kounouz a, dans un entretien téléphonique avec l’agence TAP, tenu à clarifier que ce conte qui “fait partie de la littérature enfantine classique internationale a été publié en 2011 et vu que le traducteur a respecté le texte original sans prendre en considération le contexte tunisien, ce conte a été édité tel qu’il est”.

Durant les premiers jours de sa distribution sur le marché, a-t-il rappelé, la direction s’est rendu compte du contenu qui aborde la violence et “a retiré donc tous les titres et a édité de nouveaux qui ont été distribués sur le marché”. La direction des Editions Kounouz, a-t-il ajouté, a remplacé la personne responsable au sein du comité de lecture.



Advertisment

Par ailleurs, Salah Maalej a tenu à signaler qu’il “faut lire le conte en entier pour s’apercevoir qu’il contient une morale constructive, sans faire sortir une phrase de son contexte pour en faire un sujet à sensation”.

En outre, a-t-il précisé “il parait un peu surprenant que le conte sujet à polémique remonte à 4 ans, et que l’on n’a pas pris en considération le fait que ce conte a été réédité en conséquence avec un nouveau contenu depuis 2011 (voir photo) “. Et d’ajouter “Ceci dépasse donc la critique constructive visant à promouvoir l’édition en Tunisie. Nous soulignons que l’intérêt de nos enfants est primordial et qu’il n’est pas question de diffuser des idées incitant à une quelconque forme de violence. Tous les titres édités sont soumis à un comité de spécialistes compétents en la matière et qui assurent un suivi permanent” .

En relation :  Anti-viol, les nouveaux gadgets !

 

Lire aussi :

Le ministère de l’Education interdit toute publication dont le contenu est inadapté aux enfants

Print Friendly


Pas de commentaire

Laisser un commentaire