Femme de fer

Femme de fer

Dans un univers d’hommes, Chahla Belkassem a su s’imposer grâce à un goût sûr et une maîtrise de la technique. Focus sur une femme révolutionnaire.

Au milieu de la flopée de boutiques blanches et bleues du quartier des ferronniers de Kairouan, une devanture se distingue : orange, elle est orange !

«ça fait partie de l’esprit différent du magasin» explique Chahla Belkassem.

Cette professeur de l’Institut Supérieur des Arts et Métiers de Kairouan, spécialisée en design immobilier, n’a pas froid aux yeux : « j’ai fait une révolution quand je me suis installée ici. J’ai ouvert la boutique en juillet, au début, les hommes autour se demandaient ce que je faisais là, ils étaient choqués. Mais comme tout le monde connaît mon mari et son travail, ça c’est bien passé.»

Ce n’était pourtant pas gagné : une femme qui travaille dans l’univers du cuivre martelé fait vite figure d’ovni, surtout à Kairouan. «Je suis fière ! Dans la cinquantaine de boutiques, il n’y a que des hommes. Moi j’ai décidé de recruter une jeune étudiante pour travailler à la vente ici. »

Print Friendly
En relation :  Le tapis artisanal tunisien, une culture en voie de disparition


1 COMMENT

Leave a Reply