Des usines de ce type tout à fait particulier, il en existe très peu, à peine quatre dans le monde, dont une à Monastir. Voilà donc la Tunisie à la pointe d’une activité que Milan, Bruxelles et Barcelone rêvent de voir implanter chez eux, bonne raison de s’enorgueillir. Mais que produit cette usine que tout le monde s’arrache ? L’Usine produit du luxe, un luxe dont de nombreuses stars raffolent.

Allez, levons le mystère ! L’Usine est un concept de club de sport très haut de gamme.

Le premier du genre a été ouvert en 2006 près de l’Opéra à Paris, et très vite la qualité hors norme de ses prestations a séduit les amateurs de luxe au-delà des frontières. Imaginez juste Gad El Maleh, Lenny Kravitz, Janet Jackson, Gérard Depardieu, Jean-Claude Van Damme, Mathieu Chédid, Muriel Robin… les uns de façon régulière, les autres lors de leurs séjours parisiens en plein effort à l’Usine !

Le concept imaginé par 3 compères, Patrick Joly, ancien sportif de niveau international en ski de fond,  et national en boxe française, Patrick Rizzo, ski alpin et tennis, et Francis Roche, sports de combat, est devenu LA référence du sport en salle.

L’Usine de Monastir, elle, ouverte un mois avant la révolution, a été mise en sommeil le temps que la situation du pays s’apaise et que touristes et locaux retrouvent l’envie de s’accorder du temps. L’espace vient donc de rouvrir, prêt à accueillir tous ceux qui recherchent l’excellence.

Les règles spécifiques et particularités de l’Usine :

1-     D’abord, une attention particulière sur le cadre, qui doit être beau, sur le design, sur l’éclairage, sur l’ambiance musicale… car on n’est nullement obligé pour faire du sport d’être au milieu de murs blafards, sentant la transpiration, généralement sous lumière artificielle de néons, et exigus. Au contraire, le sport est un état d’esprit, et la concentration pour atteindre le bien-être est décuplée dans un cadre reposant, relaxant, raffiné.

2-     Le nombre d’adhérents au mètre carré : l’Usine fonctionne sur le numerus clausus « car le vrai luxe c’est de ne pas attendre pour accéder aux machines, ou pour prendre une douche sans promiscuité… et que le choix d’avoir un nombre restreint d’adhérents en fonction de la surface du club implique une meilleure qualité de service », explique Patrick Joly. Le ratio d’occupation est de 1,2 adhérent au mètre carré à l’Usine ; à titre d’exemple, le club Opéra a 2.000 adhérents pour 1.600 m2 tandis qu’à 2.00m de là, un autre club de même surface a 12.000 adhérents. Et ce critère est inédit.

3-     La qualité des machines… la majorité des tapis de course en salle par exemple sont achetés entre 6 et 7.000 euros, ceux de l’Usine coûtent 20.000 euros. La différence qui peut, au premier abord, ne pas sauter aux yeux se ressent au niveau des sensations et des conséquences sur le squelette. Les tapis de l’Usine procurent la même sensation que la course sur gazon anglais et permettent aux personnes souffrant de problèmes de dos de courir sans dommages. Chaque année, un renouvèlement d’un tiers du parc est effectué soit un changement total tous les 3 ans, exceptionnel !

Suite page 2


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here