Adolescence et sexualité, on en est où?

Adolescence et sexualité, on en est où?

Les adolescents de la Tunisie d’aujourd’hui ne ressemblent pas à ceux qui sont nés tout juste avant ou après l’Indépendance. Nos jeunes utilisent Internet et regardent des centaines de chaînes de télévision. Ils voyagent de plus en plus et fréquentent les écoles et les lycées mixtes. Ils sont ouverts sur le monde et sur la modernité. Mais malgré cela, les questions relatives à la sexualité demeurent pour eux un sujet quasiment tabou. Les parents, d’une façon générale, évitent d’en parler. Baya.tn, dans un but purement didactique, et d’une manière pudique, aborde le sujet…

Les jeunes de 15 ans à 19 ans en savent souvent moins sur la sexualité et la reproduction que ne le croient les adultes. Que savent nos lycéens du sexe, de l’amour physique et des corps qui changent avec la puberté ? Généralement, ils disent en cachette et tout bas qu’ils savent beaucoup sur «la chose». Mais la réalité est toute autre. Les jeunes sont très souvent mal informés sur le sujet. Infos glanées chez des “potes” plus âgés qui ont tendance à frimer et déformer l’acte sexuel, scènes de films, lectures rarement réalistes… tendent à former dans l’esprit de l’adolescent un ensemble assez confus.

Pourtant, faire entrer les ados, en douceur et en toute pudeur, dans l’univers charnel  est primordial car un jeune bien informé sur la sexualité sera un adulte plus équilibré et plus épanoui. L’attitude des familles vis-à-vis de la sexualité est très variable. Il y a des mères qui prétendent tout savoir sur la subtilité et les dessous de la sexualité et qui transmettent à leur fille des données erronées. A l’inverse, il y a des parents qui ne parlent jamais de sexualité et à qui leurs enfants adolescents n’osent rien dire. En réalité, peu de parents trouvent la bonne attitude dans ce domaine. Il est vrai que si les filles ont parfois l’opportunité de parler de sexualité avec leur mère à l’occasion des premières règles, les garçons, en revanche, ne reçoivent souvent aucune information. L’idéal serait d’enseigner la sexualité à l’école pour faire de nos enfants des adultes équilibrés.

En relation :  Siham Badi accusée de manquement à son devoir, par Ilaf

Chiraz Bouzaien

Print Friendly


1 COMMENT

Leave a Reply