D’après les statistiques les femmes sont plus victimes de dépression que les hommes. Pour expliquer ces statistiques nous sommes allez poser des questions à Hédi Khlif, psychothérapeute.

Il faut d’abord mettre les choses au clair et  faire la distinction entre dépression  et déprime. Les symptômes sont parfois proches, voire confondus, mais la ressemblance s’arrête à ce premier niveau. La déprime est une phase temporaire et relativement courte par rapport à la dépression. Elle touche toutes les personnes, elle peut être saisonnière ou hormonales…

Les personnes atteintes de dépression “sont tristes, elles n’ont goût à rien et se sentent dévalorisées. Elles sont dans un état durable de profonde tristesse, accompagnée d’anxiété, d’impression d’impuissance globale et d’inéluctable fatalité, de sentiment aigu de solitude, souvent avec une baisse de la capacité de concentration. La dépression peut induire un comportement suicidaire. On peut la reconnaître à certains symptômes comme :

  • L’impossibilité d’avoir une vie sociale
  • La perte d’intérêt pour des activités précédemment agréables
  • La fatigue voir l’épuisement sans jamais rien faire
  • Des troubles du sommeil voire des difficultés à s’endormir
  • La mauvaise humeur
  • Des maux et des douleurs physiques…ses symptômes sont énumératif et à titre d’exemple
Docteur Hédi Khlif

En Tunisie les femmes au foyer sont celles les plus touchées par la dépression” d’aprés le Dr Khlif. Ceci s’explique par le fait que les femmes actives, en dehors de leur foyer, ont plus de chance d’évacuer leur stress que celles qui restent chez elle.  “La femme qui travaille est dans l’obligation d’honorer son engagement vis-à-vis de son employeur ou sa clientèle. Elle oublie, ou elle n’a plus le temps, de réfléchir aux désagréments qu’elle vit à la maison. Contrairement à cela celles qui restent chez elles, elles, ne peuvent pas échapper à leurs pensées. La raison est que, souvent, le travail domestique est toujours dévaloriser au sens où le reste de la famille le considère comme moyen de divertissement voir un moment de repos, ce qui est loin d’être le cas !”

Il faut comprendre que toutes les dépressions ne nécessitent pas de médicament ou un suivi médical. Comme première initiative de rétablissement, le docteur Hédi Khlif vous donne quelques astuces :

  • Il vous faut prendre du temps pour vous, arrêter de penser aux autres et vous concentrer sur vos désirs et loisirs.
  • Il faut impérativement ralentir le rythme de vie que vous avez et penser à se faire plaisir.
  • Le chocolat peut être un mauvais ami. Ses effets plaisants sont de courte durée, contrairement à ses effets négatifs qui pourront vous déprimer encore plus lors du passage sur la balance.
  • Essayez de faire du sport, peu importe lequel. Le plus important n’est pas de perdre du poids, ou d’affiner la silhouette, mais juste de se dépenser. C’est en fait un antidépresseur naturel.  Il a un effet bénéfique sur notre moral. Il réduit les symptômes de dépression plus vite et plus intensément que la prise d’antidépresseurs. Lors de sa pratique le cerveau fabrique de nouveaux neurotransmetteurs, responsables de la bonne humeur, mais aussi des endorphines qui élimineraient le stress, calmeraient les angoisses et laisseraient donc libre cours à toutes les bonnes ondes positives. D’après les chercheurs de l’Université médicale du TEXAS à Dallas, 50% des jeunes adultes pratiquant un sport voient leurs symptômes de dépression disparaître lors d’une pratique de 30 min de sport 3 fois par semaine. L’organisme se “réactive” et les sensations de fatigue physique et morale s’amenuisent.

Si les symptômes de dépression s’aggravent ou s’accumulent sur une période longue, il faudra alors impérativement faire appel à un spécialiste.

M.Soualhi


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here