L’amour n’est pas qu’une simple question de sentiments, certains scientifiques affirment qu’il est surtout une réaction chimique en chaîne déclenchée par des hormones. Il serait donc programmé par votre cerveau. Ainsi, la séduction n’est pas que communication, jeux et apparences. L’attirance amoureuse est d’abord une question hormonale déclenchée par le cerveau. Ce dernier vous guide vers la personne visée avec vos hormones. C’est lui qui choisit et non votre cœur, et c’est à lui que revient le premier et le dernier mot, d’après la science en tout cas.

•    Les hormones de l’amour :

–    Les phéromones : c’est l’hormone responsable du “coup de foudre”. Ce sont des odeurs, formant une sorte de carte d’identité olfactive personnelle et unique de l’être aimé. Elles sont produites par les glandes situées sous les aisselles, autour des mamelons et dans l’aine. Elles agissent à distance. En fait, d’un coup vous voyez une personne pour la première fois et vous la trouvez sublimement attirante. De son côté, la personne visée vous trouve aussi extrêmement séduisant, car sans le savoir, elle réagit à vos pupilles dilatées par le désir. Dans cette situation, si vous allez plus loin et que vous faites l’amour, l’acte sexuel libère d’autres hormones : lulibérine, testostérone, dopamines et endorphines, vous faisant bénéficier d’un état de bien-être incroyablement magique.

–    La phényléthylamine : C’est une amphétamine naturelle qui déclenche des sensations d’excitation et d’euphorie. C’est l’hormone de la passion qui vous fait vibrer et trembler à la rencontre de votre amoureux. C’est elle la responsable des palpitations cardiaques, des maux de ventre et des tremblements, vous donnant parfois les mains moites et des bégaiements, en la présence de votre chéri(e).

–    Les endorphines : Après la phase “coup de foudre”, les endorphines jouent leur jeu. C’est une sorte d’opiacé qui freine la passion et plonge le cerveau dans l’état d’ivresse raisonnable de l’attachement.

–    La sérotonine : Une fois l’amour fou déclenché par le coup de foudre, il faut savoir s’il se révèle solide à l’épreuve du temps. Cette hormone de l’attachement durable joue son rôle pour renforcer ce lien. Les hormones qui coulaient en abondance diminuent avec le temps, de la même manière qu’une drogue prise régulièrement fait de moins en moins d’effet. Alors, la sérotonine prend le relais en douceur pour procurer un plaisir plus doux mais surtout plus durable. Le couple se projette ainsi dans l’avenir pour construire une vie commune et fonder une famille.

–    L’ocytocyne : Contrairement aux autres hormones, l’ocytocine n’est pas secrétée de façon innée chez les humains, puisqu’il faut stimuler sa production. C’est en faisant des caresses, des baisers, des câlins et des massages à l’autre que l’on réveille son corps et ses récepteurs sensoriels pour déclencher cette hormone du bien-être.

–    La dopamine : Elle est produite lors du coup de foudre. Elle peut rendre dépendants certains individus, qui passeraient très rapidement d’une relation à une autre, car ils seraient “accros” à la dopamine.

suite page 2


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here