Sonia, notre journaliste, est elle aussi complètement gaga de son fils !

Si vous êtes du genre à tenir en laisse vos enfants, à ne vous sentir vivante que lorsque vos petits poussins sont collés à votre jupe, à ne vous épanouir que dans le bonheur de votre progéniture, c’est que vous êtes une maman-poule ! Et c’est un véritable problème, même si vous ne l’admettez pas ! Vous mettez une pression de malade à vos enfants, sans en être consciente. Apprenez à vous détendre un peu et votre enfant n’en sera que plus épanoui !

Le syndrome de la mère-poule :

La mère possessive a été qualifiée par l’expression mignonne de “mère-poule”. Elle est hyper-protectrice, anxieuse et inquiète. Plus l’enfant grandit et prend de l’autonomie et plus la peur augmente, car elle exagère souvent les risques et les dangers potentiels du monde extérieur. Le fait de se séparer quelques heures de son enfant, ou de le perdre de vue est une source d’angoisse. Alors, elle essaie de garder son enfant auprès d’elle, pour le savoir loin de tout danger.

Le témoignage d’une mère-poule : Imen nous fait part de ses angoisses de maman-poule : “Le simple fait de laisser mon enfant de 9 ans renter seul de l’école, qui est à juste cent mètres de chez nous, est inenvisageable. Je dois aller le chercher et je ne peux m’empêcher de “déranger” presque quotidiennement la maîtresse pour m’assurer qu’il a bien assimilé la leçon du jour… Je suis fatiguée d’être une mère aussi impliquée dans son rôle, car en dehors de ce rôle, je n’ai plus d’existence comme femme et je néglige mon rôle d’épouse.”

En quoi ce comportement peut-t-il être nuisible à l’épanouissement de l’enfant ?

L’attitude “mère-poule” est malsaine pour l’enfant, car la mère, en exagérant les conséquences de certaines situations, transmet ainsi le message inconsciemment à son enfant que le monde extérieur est dangereux et qu’il est incapable de l’affronter sans sa présence. Un enfant doit apprendre à être autonome de jour en jour, en grandissant. Laissez-le explorer, découvrir la vie et faire ses propres expériences ! Pour grandir, votre enfant doit se “cogner” à la vie et aussi obtenir le soutien, l’encouragement et l’encadrement de ses parents, sans qu’ils l’étouffent. Les études ont prouvé que lorsqu’un enfant est surprotégé, deux cas de figures apparaissent assez fréquemment :

  • Soit l’enfant développe une vision négative de sa personne et se voit comme un incapable, vulnérable et dévalorisé.
  • Ou inversement, en suivant de trop près le petit, en attendant toujours beaucoup trop de lui, on court un risque de révolte très forte. L’enfant dit : stop !  et se rebelle vis-à-vis de sa mère mais aussi de la société. A l’adolescence, ce phénomène naturel et nécessaire est encore plus accentué : le jeune va souhaiter vivre à fond ses propres expériences et n’hésitera pas à violer les interdits les plus dangereux.

Pourquoi certaines mères le sont et pas d’autres ?

  • Certaines mères ont des comptes à régler avec leur propre mère. Il est fréquent que des jeunes femmes délaissées par leur mère deviennent des “mamans-poules” pour réparer leur propre enfance.
  • D’autres femmes surinvestissent leur progéniture parce que leur vie de couple ne les satisfait pas. Ainsi, l’enfant console du couple et compense ses défauts.
  • Certaines autres surprotègent l’enfant qu’elles ont eu avec difficulté (prématurés, par procréation médicalement assistée…)

Maman-poule ou maman cool : choisissez votre camp !

Mettez-vous à la place de votre enfant pour comprendre qu’il doit découvrir seul son environnement, pour qu’il apprenne à s’adapter aux différentes situations auxquelles il sera confronté. Tentez plutôt de le responsabiliser petit à petit, ainsi lorsque vous saurez qu’il va traverser la route seul, par exemple, vous serez sereine sachant qu’il a appris à le faire en toute sécurité. En échange, l’enfant devra prouver jusqu’à quel point il peut se prendre en charge, sachant que vous lui faites confiance. En revanche, il ne faut évidemment pas tendre vers l’effet inverse, c’est-à-dire négliger l’enfant. L’astuce est de lui inculquer tout ce qu’il faut pour qu’il se protége des dangers, mais sans baisser la garde. Alors, avec un peu de la volonté et de conviction, vous pouvez faire en sorte à ce que votre enfant soit plus autonome.

Quelques conseils pour apprendre à lutter contre votre côté mère-poule :

  • Encouragez votre enfant à prendre des risques sains et calculés et à affronter des petits défis réalistes pour son âge. Essayez de faire évoluer votre enfant dans un cadre sécuritaire et préférez les phrases du style : “Vas-y, je suis sûre que tu peux y arriver!” à celles qui disent : “Fais attention tu va …!”
  • Elargissez ensuite les limites du cadre de l’autonomie au fur et à mesure que votre enfant grandit.
  • Acceptez de vous faire plaisir, au lieu d’être perpétuellement pendue au bien-être et aux désirs de votre progéniture. Préservez votre couple et votre vie de femme!
Sonia Matoussi

2 Commentaires

  1. Et bien un gamin en laisse comme un animal , difficile à croire mais si vous le dites…la mère est carrément atteinte d’un trouble du comportement dans ce cas!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here