C’est inné chez le bébé de vouloir sucer. Sa tétine, sa sucette, ses doigts, son doudou,… il suce tout ce qu’il trouve et peut lui apporter cette sensation qui a débuté bien avant sa naissance ! Généralement, la plupart des enfants optent pour la sucette ou le pouce. Il est difficile d’imposer votre choix de parents sur un bébé pour lui donner la sucette au lieu de son pouce, ou pour lui défendre carrément de sucer. C’est bébé qui décide et l’on n’y peut rien !

Le pouce et la sucette : « des objets transitionnels » : Le bébé a une volonté de fusion permanente avec sa mère. Pourtant, il constate rapidement qu’elle n’est pas toujours avec lui. Ainsi, il s’attache à des objets comme la tétine, qui acquiert une fonction de réassurance face à l’éloignement de la mère.

Sucer son pouce c’est rassurant !

Les nouveau-nés ont un grand besoin de succion les premières semaines. Certains plus, et plus longtemps que d’autres. Mais pour tous, c’est un réflexe vital. On les voit même sucer leur pouce dans le ventre de leur maman lors de la dernière échographie ! Comme s’ils s’entraînaient à téter pour prendre le sein et pouvoir se nourrir efficacement juste après leur naissance. Parfois, dès l’âge de 4 mois, le bébé reste alors très occupé à jouer avec ses mains, à s’amuser à tout mettre à la bouche, ses doigts comme ses hochets, et à s’intéresser au monde qui l’entoure… A moins qu’il ne le garde simplement « en poche » pour les moments de fatigue et de câlins. Car son pouce le rassure et l’apaise. Laissez-le donc téter son pouce, ou même deux ou trois doigts. Le pouce est vraiment un consolateur naturel ! Sauf qu’il existe un petit inconvénient, le fait que la forme du pouce est plus dommageable à long terme pour la formation de la dentition d’un enfant, car elle crée une pression sur la gencive ; surtout s’il continue à sucer son pouce régulièrement au-delà de 4 ou 5 ans.

La sucette, une bien meilleure alternative !

La sucette ou la tétine est la solution idéale lorsque vous n’arrivez pas à consoler ses pleurs, même avec un supplément de biberon. Oui, mais voilà, c’est un piège pour les parents, car comme le sommeil d’un bébé passe par des alternances de sommeil léger et profond, à chaque éveil, il va pleurer pour que vous veniez la lui remettre dans la bouche. Cependant, les tétines présentent des formes évolutives avec l’âge de l’enfant et sont adaptées à son palais, contrairement au pouce. Alors, son usage est donc préférable à celui du pouce. Par ailleurs, elle est plus hygiénique pour le jeune enfant qui commence à se déplacer et à toucher à tout… Car vous pouvez la stériliser ou simplement la laver à tout moment. Pensez aussi à l’attache sucette qui lui évite de tomber à terre et de se salir. L’autre avantage de la sucette, c’est que les parents peuvent contrôler son usage, en limitant son utilisation à la sieste et au coucher par exemple, ce qui facilitera son abandon par l’enfant.  En effet, il est conseillé que l’enfant l’abandonne vers l’âge de deux ans, surtout s’il la garde constamment dans la bouche, car elle ne favorise pas la communication.

Quand faut-il s’inquiéter ? Le pédopsychiatre Marcel Rufo  s’est montré très laxiste sur le sujet du besoin de succion chez l’enfant. Qu’il s’agisse de la sucette ou du pouce, il affirme qu’il ne faut pas frustrer l’enfant et de le laisser assouvir son besoin de succion. D’après lui, l’enfant finit toujours par l’abandonner de lui-même progressivement. Donc, il ne faut pas s’inquiéter et surtout pas le priver de sa tétine. Cependant, si l’enfant est toujours dépendant au besoin de sucer jusqu’à l’âge de 7 ans, il faut à ce moment là penser à consulter un pédopsychiatre pour en diagnostiquer les raisons et les traiter.

A notre époque, plus de 80 % des nourrissons cherchent à satisfaire le besoin de succion, que ce soit par l’intermédiaire de leur pouce ou d’une tétine. Vous n’avez pas à vous culpabiliser, ce n’est parce qu’il a un grand besoin de téter, que vous êtes une mauvaise mère ! Cette envie correspond aussi à l’expression d’un bien-être de l’enfant et à une sensation d’apaisement et de tranquillité chez lui. En revanche, si votre enfant éprouve ce besoin d’une manière quasi-permanente et obsessionnelle, alors considérez cela comme un indicateur d’un besoin psychologique dû à une frustration, à laquelle il faudra remédier en urgence.

Sonia Matoussi

 


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here