FONDAMENTALEMENT DIFFERENTS

Depuis qu’Eve a croqué la pomme, venant semer la pagaille dans la belle harmonie homme-femme du tout début, de l’eau a coulé sous les ponts. Nous avons réussi depuis quelques années à avoir des rapports plus égalitaires, la côte d’Adam dont nous sommes issues, nous les femmes, s’étant peu à peu transformée, au fil du temps, en côté. Ce qui rétablit une certaine justice. Il n’en subsiste pas moins des différences de comportement qui font que la guerre des sexes restera toujours de mise pour le commun des mortels. L’homme et la femme seraient le côté pile et le côté face d’un même être. En  s’acoquinant à une personne de l’autre sexe, on essaye de retrouver cette unité. Il n’en reste pas moins vrai qu’à certains moments, les différences ressortent et s’affrontent au lieu de fusionner. Si l’on considère que, anatomiquement, nous ne sommes pas faits de la même façon, il paraît évident que nos réactions et nos comportements soient divergents. De par son sexe, l’homme est ouvert vers l’extérieur.

C’est un conquérant tandis que la femme est intériorisée, secrète et mystérieuse. Si le cerveau d’une femme et celui d’un homme ont le même potentiel, contrairement à ce que peuvent dire certaines mauvaises langues, chacun possède deux hémisphères, qui se développent différemment chez le fœtus selon qu’il est mâle ou femelle. L’hémisphère droit, celui de l’affectif et de la vue dans l’espace, prédomine souvent chez la femme tandis que chez l’homme, c’est le gauche, celui de la logique et des informations séquentielles, qui est le plus développé. Résultat des courses : les hommes ont tendance à rationaliser et les femmes à se servir de leur intuition. Des différences qui ne manquent pas de semer le trouble dans les couples. Et comme ceux-ci se forment sur la complémentarité plutôt que sur la ressemblance, une femme qui a une dominance cérébrale droite et vice-versa. L’éducation vient renforcer les tendances naturelles de chacun. Les garçons, élevés à la dure, qui n’ont guère le droit à la faiblesse, ne sont pas habitués à s’épancher verbalement dès que quelque chose ne va pas. Ce n’est pas viril. Aussi, il ne faut pas  s’étonner si plus tard les confidences ne sont pas leur tasse de thé. Quand aux filles, considérées comme plus fragiles, habitués à beaucoup moins sortir, elles ont tendance à être beaucoup plus égocentriques et à peaufiner leurs états d’âme. Un constat qui n’est pas forcément désespérant si l’on considère que l’idéal pour devenir quelqu’un d’accomplie- Homme ou femme- c’est de faire travailler ses deux hémisphères de concert. Pour cela, il faut accepter les tendances de l’autre. Et cultiver la part de féminité qui est en soi si l’on est un homme, et sa part  de masculinité si l’on est une femme

TENDANCES

SEXE ET SENTIMENTS : elle relie les deux. Il les dissocie.

Plaisir : elle aime quand ça traîne en longueur. Il préfère ne pas attendre.

Animaux : elle aime les chats. Lui préfère les chiens.

Confidences : pour elle, c’est naturel. Pour lui, c’est exceptionnel.

Humeurs : elle passe facilement du rire aux larmes. Quand ça ne va pas, il se mure dans le silence.

Cuisine : il aime les chips et fait de la cuisine raffinée. Elle aime le chocolat et mitonne de grosses popotes.

Enfants : elle surprotège, console, favorise le dialogue ; empêche de sortir. Il impose, montre la route, apprend à faire les choses.

Travail : il organise. Elle compose.

Maison : elle conserve et range. Il n’hésite pas à jeter et à innover. Elle rend beau. Il rend pratique.

Santé : elle essaye de prévenir, il fait l’autruche.

Amitié : elle a des rapports passionnels. Quand il donne son amitié, il ne la reprend pas.

Loisirs : elle aime le confort. Il préfère l’aventure.

Argent : il aime en gagner beaucoup. Elle veut ce qu’il faut pour être à l’abri du besoin.

Cadeaux : elle fait des petits cadeaux, souvent. Il fait un gros cadeau de temps en temps.

Compromis : elle se sacrifie par amour ou faiblesse. Il s’écrase pour avoir la paix.

Réussite : pour elle, elle est avant tout affective. Pour lui, elle est  surtout sociale.

TROUVER UN TERRAIN D’ENTENTE

Accepter l’autre tel qu’il est.  Ne pas oublier ce qui nous a plu en lui au départ (difficile de se souvenir ;))

Valoriser ses qualités, éviter les reproches en parlant de ses défauts (pas facile ;))

Tenir compte des expériences, de l’histoire et de la culture de son vis-à-vis (culutre ?????;))

Ne pas renoncer à ce qu’on aime parce que l’autre ne l’aime pas. ( Ça s’est sûr)

Ne pas tout attendre de quelqu’un. (ça fait longtemps qu’on attend plus rien ;;)))

Garder sa liberté tout en cultivant la confiance.

Evoluer pour soi-même avant tout

Garder des domaines bien à soi, en mettre d’autre en commun.

Chiraz Bouzaien


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here