Ablelwahab Meddeb est un intellectuel tunisien exilé en France, professeur à Paris X, producteur de l’émission “Cultures d’islam” sur France Culture, et auteur du célèbre ouvrage “La maladie de l’Islam”. Il y procède à une analyse très fine du monde arabe en général, de la culture islamique en particulier, pour donner son diagnostic de notre déclin, de ce qui ne va pas.

Abdelwahab Meddeb écrit à chaud “Le printemps de Tunis”. Dans cet ouvrage, il décrit d’abord ses propres sentiments de Tunisien exilé, en qui la Tunisie est passée “en hibernation”, et s’est soudainement réveillée… Il esquisse en même temps une lecture de ce qui s’est passé un beau matin du 14 janvier 2011. Personne n’a rien vu venir, ni les politiques, ni les observateurs extérieurs, ni les intellectuels. Bizarre. La révolution tunisienne est première dans la post-modernité du fait qu’elle soit venue du peuple, de la rue, sans commandement, sans autre idéologie ou mot d’ordre que “liberté” et “dignité”.

Quelques pistes pour comprendre… L’héritage bourguibien y serait pour beaucoup selon l’auteur, c’est parce que ce peuple est éduqué, cultivé, chômeur certes mais éduqué, comme le voulait Bourguiba, qu’une telle prise de conscience et qu’une telle action politique a été possible.

à lire absolument…

 Rédaction


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here