Quand on commence à s’effeuiller sur la plage on se rend vite compte que des lignes bleues ont envahi pas mal de corps. Le tatouage est de plus en plus pratiqué en Tunisie mais les professionnels sont rares. Pourtant loin d’un un geste anodin le tatouage doit être fait dans les régles de l’art. Et le tatoueur doit maîtriser le dessin comme les règles d’hygiène. Rencontre avec Golden Tatoueur, un professionnel tunisien.

Dessins
Il a commencé il y a dix ans à marquer les peaux. Au début à la manière traditionnelle avec du henné. Et puis un beau jour il a penché pour la longue durée et il s’est lancé dans le tatouage permanent. Golden Tatoueur / Marouane aime le dessin « j’ai commencé part des études en Arts et métier aux beaux arts, puis je suis parti à Paris pour mes études. » La bas il s’initie dans une école de tatouages avant de devenir à son tour…professeur. A peine 20 ans et déjà formateur ! Le talent n’attend pas le nombre des années paraît-il. Golden tatoueur représente l’adage. Seul tatoueur formé professionnellement en Tunisie et meilleur tatoueur d’Afrique, ses réalisations sont impressionnantes. «Le plus grand tatouage que j’ai eu à faire en Tunisie était un dragon qui parcourait tout le corps d’une femme. Il commençait dans son dos et finissait sur sa jambe.» Et si il avait le choix Marouane ne ferait que ça : « j’aimerai réaliser des portraits par exemple, des choses personnelles. » C’est qu’avec les nœuds papillons et les cœurs il y a peu de place pour la créativité.

En Tunisie il exerce son art  différemment. Lui qui a travaillé dans plusieurs villes de France avant de sévir  en Espagne, a vu la mode du tatouage évoluer en Tunisie. « Au début les gens demandaient la même chose : beaucoup d’esthétique pour les filles, des papillons, du tribal… Pour les garçons c’était des calligraphies ou du tribal. Et puis petit à petit ça change. Les gens viennent avec une idée plus personnelle en tête, ils veulent que je réalise un dessin perso, que ce soit une inscription, une date, quelque chose qui a un sens pour eux. »

L’art et la manière
Une chose sur laquelle Golden Tatoueur insiste c’est l’hygiène. « Les tatoueurs ici se contentent de changer les aiguilles. D’ailleurs les clients ne se focalisent que sur les aiguilles à usage unique. Personne ne fait attention à l’encre. Elle aussi doit être à usage unique. »  Plonger une aiguille neuve dans une encre qui a déjà servi est un non sens. Par ce biais on s’expose à toute sorte de contamination : HIV comme hépatite, toutes les maladies transmissibles par le sang. Le tatoueur doit d’ailleurs utiliser des gants lors de la réalisation d’un tatouage, une pratique peu répandue en Tunisie.

Autre conseil : le tatouage doit généralement être fait en hiver « parce que la peau ne doit pas être exposée de manière continue au soleil. Mais ici les gens ont plutôt l’habitude de faire les tatouages en été. Il faut aussi qu’ils pensent à bien hydrater la peau. Moi je fais la moitié du boulot et eux doivent faire le reste en fait. »  Pour celles qui veulent tenter le coup mais on peur de regretter passez d’abord par la phase semi-permanent. Le dessin disparaitra au bout de 1  à 2 ans. Un temps assez long pour savoir si vous voulez vraiment  un tatoo pour la vie. Mais attention, il paraît qu’on prend vite goût à l’encre et qu’une fois qu’on commence on ne peut plus s’arrêter !

Sana


2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here