Après avoir lu “Oscar et la Dame Rose” , ” Monsieur Ibrahim et les fleurs du coran” j’avais une curieuse envie d’enchaîner les livres de Schmitt , son livre “lorsque j’étais une œuvre d’art” m’a simplement attiré par sa couverture et notamment par son titre ..

Histoire de vous donner envie si le titre ne fait pas le même effet sur vous, il s’agit d’un jeune homme qui rate sa vie et entre autres, rate plusieurs de ses suicides dont ce dernier, quand en haut d’une falaise, il se fait interrompre par un certain Peter Zeus Lama, un grand artiste qui lui propose de racheter sa vie.

Par ce marché commence une histoire fantastique, qui pousse les limites de l’art et l’hystérie de l’artiste … C’est la métamorphose de cet être ingrat en une œuvre d’art pas comme les autres, par le fait d’être vivante …

Schmitt parle soigneusement et avec humour de la déshumanisation du corps et de la dissociation du corps de l’âme sans pour autant que ce soit un roman macabre. C’est un livre qui traite de plusieurs thèmes contemporains tels que la commercialisation de l’art et la propriété intellectuelle.

Après avoir lu ce dernier, l’envie de relire du Schmitt persiste ainsi j’ai trouvé “l’évangile selon épilate” et “La part de l’autre”… tout aussi épatants

 SBB

Vous aimerez lire aussi:

« L’an 1 des révolutions arabes »
Polifema chez Efesto – Salon des artistes
C’est une chose étrange à la fin que le monde, Jean d’Ormesson


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here