Pierres, battons, armes blanches, armes à feu, et maintenant bombe à retardement !  Mardi soir, les agents de police secours à Kairoun sont parvenus à désamorcer une bombe à retardement placée dans une station de transport des voyageurs. Une station au milieu de la ville, entourée des commerçants et de leurs clients.  L’endroit est  fréquenté par touts les citoyens : enfants, femmes, hommes : jeunes ou âgés.

L’accroissement des actes de violence est de plus en plus fréquent. Désormais nul n’est en sécurité. A pieds, la femme tunisienne est la parfaite victime pour les braquages, de même en voiture, et là, même en transport commun. Serions-nous obligées de porter des armes de défense pour rentrer saine et sauve chez soi?  Surtout que le  niveau de sécurité en Tunisie ne cesse de se dégrader. Certains diront que la dénonciation de tels actes fera « une mauvaise publicité » vis-à-vis des touristes. A quoi bon  promouvoir le secteur du tourisme si le pays a du mal à protéger ses propres citoyens ?

M.S


1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here