Et si le désert était autre que cette immense étendue aride? Et si son vent brûlant pouvait apporter autre chose que du sable brûlant? Et si le désert était une formidable source d’énergie qui pusse faire le plus grand bien à notre pays? C’est en tout cas ce qu’ont affirmé les responsables de DII (Desertec Industrial Initiative) lors de la conférence de presse organisée  le 4 juillet 2012 au Novotel à Tunis.

Paul Van Son, PDG de DII, a déjà un nom qui, à lui seul, est tout un programme. En effet, “von son” en néerlandais veut dire “du soleil”. Son nom, le prédestinait presque à faire de l’énergie solaire son cheval de bataille. DII a été créée il y a 3 ans pour réaliser la vision du projet “Desertec”: l’exploitation du formidable potentiel d’énergie renouvelable des déserts d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

DII est un large réseau d’organisations issues de l’industrie, mais également de scientifiques, de politiques et de membres de la société civile. Ce sont plus de 57 entreprises associées, partenaires dans ce projet tels que 3M, Léoni ou Munich RE.

On estime que la population de la région EUMENA (Europe,  Afrique du Nord et Moyen-Orient) atteindra 1 milliard d’ici 2050. La demande d’électricité pourrait alors s’élever à plus de 8.000 TWh. Il est donc dans l’intérêt de cette région en pleine croissance démographique de réduire sa dépendance à l’égard des combustibles fossiles pour aller vers un système stable et durable.

La plupart des pays d’Europe et de la région MENA dépendent aujourd’hui en grande partie des importations de combustibles fossiles pour produire leur électricité. Réduire cette dépendance permettra de stabiliser les prix de l’électricité, fournissant ainsi une base solide pour une économie plus compétitive.

La population de la région MENA va non seulement s’accroître mais également rajeunir progressivement. Il est nécessaire d’offrir à ces jeunes de nouvelles perspectives d’emplois. Grâce à la réalisation de la vision de Desert Power 2050, les pays de la région EUMENA seront à même de relever les défis économiques des prochaines décennies. En renforçant le développement de nouvelles industries, un grand nombre d’emplois seront créés dans de nouveaux secteurs de l’économie.

DII a effectué un premier volet d’études stratégiques sur la façon de mettre en place un système énergétique à coût avantageux et durable. Suite à cette enquête, DII serait aujourd’hui en mesure d’affirmer qu’il est possible d’exploiter l’énergie du vent et du soleil à un coût très raisonnable. La Tunisie pourrait atteindre un équilibre économique et même offrir de l’électricité aux pays voisins d’ici 2050.

Sonia Bahi Fellah


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here