L’histoire de la Tunisie a été jalonnée d’exploits, de lutte et de combats féminins, d’Elyssa à La Kahena jusqu’à Radhia Haddad, Nfissa Amira et Majida Boulila, en passant par Oroua la Kairouanaise et Aziza Othmana. Ahlem et Najet sont deux femmes originaires de Gafsa, de 27 et 24 ans, qui ont regagné leur contrée après avoir réussi leurs diplômes d’études supérieures à Tunis. Elles sont jeunes, elles sont instruites, elles sont ambitieuses et elles croient en leur mission et leur rôle en tant qu’actrices de développement dans leur région. Deux parcours universitaires différents et deux jeunes femmes qui se rejoignent sur l’amour de Gafsa et le devoir de participer à la bâtir et la développer.

Najet Salem : remettre à l’ère du temps le tissage de Gafsa

Najet Salem était encore étudiante en design lorsqu’elle a eu l’idée de participer à la revalorisation des composantes essentielles du tissage des klims et des mergoums. Car Gafsa, estime Najet, souffre du fait que les artisans ont perdu leur savoir-faire au fil des ans et que le mergoum authentique de la région a perdu de son lustre. Les tissages artisanaux de la région, avec leurs couleurs chatoyantes et leurs motifs géométriques rappelant tout l’art des Berbères et des Romains, se sont dilués dans ceux produits par des artisanes en mal de formation et d’encadrement.

Cette jeune femme de 24 ans a lancé son projet alors qu’elle était encore étudiante en prenant contact avec des artisanes de la région qui travaillaient chez elles. Au début, elles étaient 15, dans un deuxième temps 25 et aujourd’hui une cinquantaine. Elles disposent des métiers à tisser chez elles; Najet dessine le design dans le respect des traditions de la région, décide des dimensions. Elle avance une partie de l’argent aux artisanes et les paye à la livraison.

Suite page 2


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here