Aujourd’hui, 1er novembre 2012, à l’hôtel Palace de Gammarth, a débuté la conférence internationale sur la non-violence sous l’égide de la présidente de la F.F.F (Fondation pour le Futur), Nabila Hamza et organisée conjointement par l’institut de la formation et de la Recherche en Roumanie (Training Research in Romania-PATRIR) et l’institut international pour l’action non-violente (International institute for  Non-Violent Action –NOVACT). La rencontre s’achèvera le 3 novembre.

Les participants sont venus des quatre coins de la terre : Espagne, Égypte, Syrie, Palestine, Yémen, Liban, Libye, France, Maroc, Algérie, Irak, Jordanie, Tunisie pour essayer de déterminer la meilleure manière de parvenir à un dialogue réel et à une démocratie inclusive entre des individus défendant des idéologies sociales et politiques différentes et réussir à appliquer des méthodes non-violentes lorsque l’opposition utilise des méthodes violentes.

Samir Dilou, ministre des droits de l’Homme et porte parole du gouvernement, présent à la conférence, a condamné les actes de violence qui se sont multipliés depuis quelque temps en Tunisie tout en tenant à préciser qu’ils ne sont pas tous liés à une idéologie religieuse.

 M.S


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here