Qu’est ce que vivre ? Est- ce se lever tous les matins en catastrophe ? Courir et courir pour être à temps, habiller les enfants, les faire manger, les déposer au jardin d’enfants, se transformer en l’esclave d’un patron qui passe sur moi toutes ses humeurs, toutes ses colères, toutes ses envies ? bosser, bosser, bosser comme une folle, jusqu’à l’heure du déjeuner, seul moment de répit dans ma journée peut être…au moins là je fume une cigarette, je discute avec les autres, je me sens vivre.

Et hop! de retour au bureau étroit, et aux tâches plus ennuyeuses les unes que les autres. Jusqu’à 5h. Là c’est la guerre, les enfants, se chamaillent dans la voiture, renversent le jus d’orange (en boîte) sur les sièges…oui c’est ma faute, je n’aurais pas dû, j’aurais dû attendre d’être à la maison, mais c’est pour leur bien, je pensais les inciter à boire ainsi plus de jus de fruit…ils se bagarrent, ils crient, ils se tapent dessus, ça cogne dans ma tête, mes nerfs se tendent de plus en plus, j’essaye de trouver une place de Parking, en vain, je me gare en deuxième position, sous les Klaxons, je demande aux enfants de rester sages, mais je sais bien que c’est peine perdue, j’espère juste au fond de moi-même qu’ils ‘ils  ne feront rien  de  grave. La dernière fois ils ont vidé le paquet de papier-serviettes, tout était sur les sièges et par terre…Les pauvres, ils voulaient  juste aider: “namsah lkorsi mama” (j’essuie la chaise maman), “oui ma belle…amsah amsah ….mais c’est un peu trop de papier ma chérie”.

Elle a trois ans, elle a cru bien faire…je descends de la voiture, je fais le tour du supermarché, je mets dans le panier les produits que j’achète à chaque fois, sans faire attention, je suis une mauvaise consommatrice, tout l’investissement publicitaire que font, les fabricants de pâtes par exemple, moi, j’en retiens jamais rien, c’est toujours le paquet  à portée de main que je prends. Ils sont tous pareils non ? ce sont des pâtes à la fin ! pas des ordinateurs !

Je fais la queue bien sûr, je regarde ma voiture de peur que des gens  soient coincés à cause de moi, pour le moment, tout va bien….et voila mes chéris, je suis de retour ! ils ont renversé mon sac, tout mon sac, dans la voiture.

Je sens que je commence à déprimer.

Suite page 2


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here