Suite aux récentes campagnes de contrôle d’identité plutôt musclées, surtout quand il s’agit de jeunes femmes, Mokhtar Trifi, avocat et  président d’honneur de la Ligue des droits de l’Homme s’indigne et estime que les libertés individuelles sont aujourd’hui menacées.

Il rappelle qu’aucun texte de loi ne stipule qu’une femme doit être accompagnée par un membre de sa famille pour sortir le soir et que rien ne lui interdit non plus d’être accompagnée de quelqu’un du sexe opposé sans aucun lien de parenté. De même les agents de l’ordre n’ont aucun droit de demander à une personne d’indiquer le lieu où elle se trouvait et avec qui, à moins qu’elle ne soit soupçonnée LÉGALEMENT d’avoir participé à un crime.  Idem, pour la tenue vestimentaire. Il considère que le comportement des forces de l’ordre est extrêmement sexiste. Pourquoi est-ce qu’on ne fait des remarques concernant les vêtements qu’aux femmes? Cela rappelle les méthodes du temps de Ben Ali quand les femmes voilées se faisaient traiter de la sorte. “Ils n’ont qu’à mettre dans les postes les prototypes de tenues que les femmes doivent porter et préciser ce que les gens ont le droit de boire ou de manger! »

On a l’impression que les forces de l’ordre cherchent à imposer un certain code de conduite qui vise à une moralisation de la société tunisienne. Qui décide de la morale à suivre? La crainte aujourd’hui, c’est de voir une politique de mœurs se mettre en place dans notre pays.

SBF


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here