femme-violence-projet-loi-2016

Le projet de loi relatif à la violence faite aux femmes vient réaffirmer le respect des droits de l’homme et de la femme en Tunisie, a déclaré la directrice de l’Institut national démocratique pour les affaires internationales Marie-Eve Bilodeau.

Lors d’une conférence organisée, jeudi, à Tunis, à l’initiative de l’Institut National Démocratique pour les affaires internationales, l’intervenante a appelé les députés à accélérer l’examen de ce projet de loi, qui sera soumis bientôt au vote de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP).

Dans ce contexte, elle a souligné l’engagement de son organisme à appuyer les efforts du ministère de la femme, de la famille et de l’enfance et des différentes composantes de la société civile à garantir les droits des femmes notamment celles victimes des actes de violence à travers le renforcement du cadre juridique.

De son côté, la magistrate Samia Doula, représentante du ministère de la femme, de la famille et de l’enfance, a indiqué que ce projet de loi vise à “faire connaître les différentes formes de la violence faites aux femmes pour faciliter l’application de la loi dans les tribunaux”.

“Il s’agit également de combler les différentes lacunes qui existent dans la législation nationale notamment dans le code pénal et à lutter efficacement et précocement contre les crimes de façon à contribuer au développement des mentalités”, a-t-elle expliqué.

De son côté, la ministre de la femme, de la famille et de l’enfance Samira Maraï a indiqué que ce projet de loi est “le fruit d’une consultation nationale et régionale élargie” faisant remarquer que “les efforts se poursuivent pour réduire l’écart entre les textes de loi et la réalité, notamment que les statistiques ont révélé que la moitié des femmes tunisiennes sont exposées à la violence.”

Organisée dans le cadre de la célébration du 8 mars, la conférence se veut une occasion pour présenter des expériences internationales en matière de lutte contre la violence faite aux femmes comme celles du Canada, d’Espagne et des Etats Unis.

Lire aussi :

71.7% des femmes tunisiennes victimes de violence dans les espaces publics



LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here