La polyandrie est le contraire de la polygamie. Le fait qu’une femme épouse plusieurs hommes en même temps. Dix sociétés et surtout des tribus (parfois des groupes minuscules) dans le monde la pratiquent depuis des siècles.

En effet, la polyandrie est pratiquée au Tibet au Népal. Ce système semble avoir été instauré pour éviter la dilapidation des propriétés. L’époux qui passe la nuit dans la chambre conjugale a un petit signe pour prévenir les autres : il laisse ses chaussures devant la porte.

Au Paraguay, environ 60% des enfants nés dans la tribu Ache ont un ou deux pères secondaires. La polyandrie est aussi avantageuse pour les enfants, puisque ceux-ci ont plusieurs pères qui leur apportent des ressources.

Au Venezuela, dans la tribu de Bari, plusieurs enfants survivent de familles monogames.

Chez les Mosuo, en Chine, les femmes vivent leur vie sexuelle de façon très libérée, ce qui leur a valu un tourisme sulfureux. La polyandrie y est pratiquée depuis au moins 33 siècles, Les enfants appartiennent au clan de la mère.

En Inde, une femme qui recevait jusqu’à douze amants était alors considérée comme mariée.

Enfin, en République Démocratique du Congo, dans les provinces voisines du Kasaï occidental (centre) et de Bandundu (centre-ouest) on permet aux femmes d’avoir plusieurs maris. il existe même une coutume de « femme commune » entre plusieurs hommes. Parfois l’homme le plus viril du groupe met au point un plan pour devenir le mari exclusif de la femme.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here