La princesse égyptienne Nazli Fadhel, pionnière de la renaissance littéraire dans le monde arabe et son rôle dans l’enrichissement de la scène culturelle tunisienne, tel est le thème abordé, mercredi, par le Forum de la réflexion tunisienne à la médiathèque de l’Ariana dans le cadre du lancement de leur 8ème série de manifestations culturelles.

La princesse Nazli Fadhel (1853-1914), comme la présente l’historien Ali Hemrit, est l’une des personnalités égyptiennes connues, qui s’est installée à Tunis en 1896 après son mariage avec Khalil Bouhajeb, l’une des figures importantes de la Nahda (renaissance) en Tunisie. S’inspirant des salons européens, son salon littéraire a été fréquenté par les principales personnalités politiques et intellectuelles de l’époque, à savoir Salem Bouhajeb, Ali Bouchoucha ou Béchir Sfar. Elle a ainsi accueilli en 1903 dans son palais à la Marsa, le réformiste égyptien Cheikh Mohamed Abduh.

Maîtrisant les langues française, anglaise, allemande et turque, la princesse Nazli Fadhel était sensible à la situation de la femme arabe du 19ème siècle début du 20ème siècle. Usant de sa beauté et de son pouvoir, la princesse Nazli a œuvré pour sensibiliser les politiciens et intellectuels tunisiens ou égyptiens à la condition de la femme arabe, la nécessité de son émancipation et son rôle important dans la promotion des sociétés arabes.



LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here