Baya.tn

A Tunis, elles revendiquent l’égalité totale dans l’héritage

A l’occasion de la journée nationale de la femme, célébrée le 13 août de chaque année, la campagne citoyenne pour l’appui des libertés individuelles et l’égalité en Tunisie a observé, lundi soir, un sit-in pour revendiquer l’égalité totale dans l’héritage telle que proposée dans le rapport publié le 12 juin dernier par la commission des libertés individuelles et de l’égalités (COLIBE).

Des activistes et des représentants de plusieurs associations se sont rassemblés depuis 18h devant le théâtre municipal de Tunis scandant des slogans revendiquant l’égalité totale dans l’héritage et le respect des droits et des libertés.

Dans une déclaration à l’agence TAP, Raja Dahmani, membre de l’association tunisienne des femmes démocrates (ATFD) a souligné que les participants au sit-in revendiquent la garantie de l’égalité totale entre l’homme et la femme dans les droits et les libertés et n’ont pas pour objectif de diviser le peuple tunisien.

Dahmani a estimé que le discours du président de la République prononcé lundi matin à l’occasion de la journée nationale de la femme n’a pas été à la hauteur des attentes des femmes et n’a pas soutenu clairement l’égalité sous prétexte de vouloir éviter les tiraillements et préserver l’union du peuple.

Selon la même source, le code du statut personnel adopté depuis 1956 est devenu caduc puisque la société tunisienne a évolué pendant toutes ces années.

Par ailleurs, le député Ahmed Seddik a souligné dans une déclaration à l’agence TAP que le discours du chef de l’Etat n’a pas apporté quelque chose de nouveau et n’a pas répondu aux attentes des Tunisiennes puisque selon lui, le Président cherchait à satisfaire son allié au pouvoir, le mouvement Ennahdha.

Il a, en outre, ajouté que la participation des députés et des défenseurs des droits de l’homme à ce sit-in n’a pas pour objectif de soutenir le rapport de la COLIBE mais plutôt de dénoncer la violence et le discours de la haine. De son côté, Mohyeddine Lagha, membre du bureau directeur de la Ligue tunisienne de défense des droits de l’homme (LTDH) a indiqué que l’organisation a quelques réserves mais elle considère, toutefois, que le rapport de la commission des libertés individuelles et de l’égalité est un pas en avant.

Pour sa part, Radhia Jerbi, présidente de l’Union nationale de la femme tunisienne (UNFT) a souligné l’importance de la garantie de l’égalité entre les citoyens et citoyennes pour la société tunisienne.

A noter que le Président de la République avait proposé lundi dans son discours la mise en œuvre de l’égalité totale dans l’héritage conformément aux dispositions de la constitution à travers l’amendement du code du statut personnel.

Il a en outre, fait remarquer qu’un projet de loi, dans ce sens, sera soumis bientôt au parlement pour discussion et approbation.

Ce projet stipulerait l’égalité comme principe par défaut tout en donnant la possibilité au propriétaire des biens de choisir l’application de la chariaa.