société-fille-voilée

On croyait avoir tout vu en Tunisie post-révolution (des assassinats politiques, le massacre à Chambi). Et pourtant, aujourd’hui c’est d’un fléau, moralement et socialement choquant, dont parle, «le djihad Nikah»; dit autrement, des Tunisiennes parties en Syrie pour “le jihad du sexe“.

Pour comprendre comment ces femmes sont devenues des “esclaves sexuelles“ des djihadistes, notre confrère Almasdar a mené une enquête auprès d’un responsable au ministère de l’Intérieur, qui a préféré gardé l’anonymat, cela s’entend. Ensuite, le site a recueilli le témoignage d’une Tunisienne, tout juste revenu de ce calvaire.

Inès, une élève de 15 ans vivant dans un quartier populaire de Tunis, a connu des déboires amoureux.

Ayant commis le «péché» d’avoir eu des relations hors mariage, Inès a perdu le goût de la vie et a trouvé refuge dans les mosquées où elle rencontra un salafiste qui a réussi à l’endoctriner et convaincre de partir pour le jihad en Syrie dans l’objectif de «se repentir de ses péchés devant Dieu».

Dès son arrivée à Damas, elle fut confiée malgré elle à un Cheikh, membre de Jabhat Al Nosra, de l’Armée libre syrienne pour assouvir les besoins sexuels des combattants du régime Bachar Al Assad.

Renvoyée en Tunisie, après avoir subi des sévices sexuels de la part des rebelles, elle fut interpellée par la police des frontières dès son arrivée à l’aéroport de Tunis-Carthage, puis relâchée. Le cauchemar est pourtant loin d’être terminé, puisqu’Inès a non seulement été reniée par sa famille, mais les médecins lui ont diagnostiqué une hémorragie interne et un déchirement de l’utérus.

N’ayant pas trouvé quelqu’un pour l’héberger et d’endroit pour dormir, Inès squatte dans l’avenue de Habib Bourguiba comme une SDF.

Aujourd’hui plusieurs questions qui se posent: Quel est le sort de ces Tunisiennes parties en Syrie pour «Jihad Niqah»? Et quel est le rôle des ministères de la Femme, des Affaires sociales, des Affaires religieuses ou encore des associations de protection de l’enfance?

Affaire à suivre !
Pour la version arabe->cliquez ici.



LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here