Le ministère public relevant du tribunal de première instance de Tunis a ordonné l’ouverture d’une enquête dans l’affaire de menaces proférées à l’encontre de candidats à la présidentielle via les réseaux sociaux.

Rappelons que le leader de la Ligue de protection de la révolution du Kram, Imed Dghij, a menacé, mardi 4 novembre, via sa page Facebook, d’un bain de sang en cas de victoire de Béji Caïd Essebsi.



LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here