Le responsable de l’unité des maladies non transmissibles à la direction des soins de santé de base au ministère de la santé, Fayçal Smooli, a indiqué que le taux de sel dans le pain tunisien n’est pas contrôlé et varie d’une boulangerie à l’autre, rappelant que l’excès de sodium a des conséquences néfastes pour la santé et peut entraîner une augmentation de la pression artérielle (ce qui occasionnerait des problèmes cardiovasculaires) ainsi que des dysfonctions au niveau des reins.

Dans une déclaration, samedi à la TAP, il a fait savoir que le ministère de la Santé a lancé hier, vendredi, une campagne de sensibilisation aux dangers des excès de sel et de sucre, dans le cadre du plan d’action visant l’activation de la stratégie nationale de lutte contre les maladies non transmissibles.

Le ministère de la santé et le ministère du commerce et du développement des exportations envisagent, a-t-il dit, de publier un décret conjoint qui contrôle la teneur de sel dans le pain, soulignant à cet égard que dans l’attente de la publication de ce décret, le citoyen tunisien doit limiter la consommation quotidienne de sel ainsi que les aliments en conserves et le fast-food en raison de leur teneur élevée en sodium.

Selon les dernières statistiques de l’Institut national de la statistique (INS), 28,7% des Tunisiens (hommes et femmes) âgés de 15 ans et plus souffrent d’hypertension artérielle.

Il a déclaré que le Tunisien consomme 12 grammes de sel par jour, alors que l’organisation mondiale de la santé (OMS) recommande moins de 5 g de sel par jour.

Selon l’INS, 15,5% des Tunisiens âgés de 15 ans et plus souffrent de diabète et 29% de surpoids.



LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here