Après « Tounes tekteb », « Tounes takra », la ville de Tunis se passe de ses stylos et papiers pour se mettre au street art et plus précisément au street poetry.

Après une première rencontre réussie, à la place pasteur le 25 juillet dernier, l’aventure continue à l’esplanade du palais Kheireddine au cœur de la Médina le 1er août et ce à 21h30.

Il s’agit de se réunir, sans limite d’âge ni de sexe (égalité exige) autour de quelques textes en arabe dialectal pour partager un moment de libre expression. Texte versifié, poésie libre ou slam, il y en a pour tous les goûts. Des textes qui ont pour titres : « Jomhoureyet Jahlesten » ou encore « Ne7lem ».

Ce sont peut-être là les prémices d’un mai 68 à notre manière. A suivre !

Cyrine Fekih


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here