greve-di

Des instituteurs ont organisé, lundi, devant le siège du ministère de l’Education, un rassemblement de protestation baptisé “Jour de colère des instituteurs” pour revendiquer l’accélération de la mise en œuvre des accords conclus avec le ministère de tutelle.

Les revendications des protestataires, venus de différentes régions du pays, portaient notamment sur la prolongation de l’âge de départ à la retraite, le recrutement des instituteurs suppléants et l’activation de l’accord du 5 décembre 2015.

Les instituteurs ont également dénoncé la “politique d’atermoiement adoptée par l’autorité de tutelle qui n’a pas réagi à leurs revendications”, menaçant d’escalade dans leur mouvement de protestation.

“Ce jour de colère intervient en réponse aux décisions de la commission administrative sectorielle de l’enseignement de base suite à une série de protestations observées à cause du refus du ministère de l’Education d’appliquer les accords conclus”, a déclaré à l’agence TAP, Mastouri Gammoudi, secrétaire général du syndicat de l’enseignement de base (UGTT).

Parmi les accords en question figure essentiellement celui qui prévoit le recrutement des suppléants sur quatre tranches, a-t-il précisé, regrettant le non respect de cet accord “en dépit du besoin estimé à 10 mille postes dans les écoles primaires”.

Le responsable syndical a, dans ce sens, appelé le gouvernement à publier les décrets d’application relatifs à ces accords dans les plus proches délais “pour éviter une année scolaire difficile”.

Un jour de colère régional a été observé le 1er septembre, a-t-il rappelé, annonçant qu’une grève générale sera observée le 5 octobre prochain dans tous les établissements et commissariats de l’Education.

Les instituteurs revendiquent, notamment, la publication immédiate des amendements apportés au décret 1178 relatif à la retraite optionnelle, l’activation des accords du 5 décembre 2015, la publication immédiate des amendements du décret N 520-2015, le recrutement des suppléants à partir de l’année scolaire 2016/2017 et l’application de l’accord du 6 avril 2015 relatif aux promotions professionnelles exceptionnelles en faveur des enseignants du primaire.



LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here