Lever du ride...

Lever du rideau des JCC 2016: Des artistes à l’honneur (photos)

tunisie-ouverture-jcc-2016

Pas loin du théâtre Municipal de Tunis, qui avait abrité la plupart des éditions précédentes des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC), depuis leur création en 1966, la 27ème édition des JCC, qui fêtent leur 50ème anniversaire, a été ouverte vendredi-soir au Palais des Congrès.

Un grand dispositif sécuritaire installé sur l’avenue Mohamed V à la Capitale, sur tout le périmètre qui entourait le lieu de la cérémonie, située juste en parallèle avec la rue où avait eu lieu l’attentat terroriste perpétré, contre un bus des gardes de la présidence, en milieu de la semaine des JCC 2015.

Déjà près de 18h30 et les artistes, cinéastes et invités du festival continuent de défiler sur le tapis rouge, le fameux rituel du red carpet auquel les JCC ont depuis certains temps commencé à s’y adapter, pourtant connu comme un festival militant, loin des paillettes et l’ambiance people de festivals de cinéma comme celui de Cannes ou Dubaï.

Ce 27ème festival, qui se poursuivra jusqu’au 05 novembre, a été marqué par une série d’hommages et une pause musicale avec l’algérien Kaddour Hdadi et le Tunisien Zoheir Gouga qui ont interprété une chanson sur les réfugiés (Im a refugie). Le Duo a chanté en français et anglais, cette chanson, dont les paroles “enfant qui court entre les flammes, sous les bruits sourds les cris d’alarme, adieu bonheur, douceur tranquille “, décrit la terreur à laquelle sont exposés les enfants sur les terres des conflits et des guerres.

En relation :  Saisie de 3 fusils de chasse, des cartouches et des armes blanches à Kasserine
Advertisment

Des hommages ont été rendus à des cinéastes et hommes du cinéma arabe et africain vivant. L’Egyptien Jamil Rateb, le Tunisien Farid Boughdir auquel est attribué le prix du cinquantenaire mais aussi à Kalthoum Bornaz, pionnières des femmes cinéastes en Tunisie, l’Egyptien Youssef Chahine, le Sénégalais Djibril Diop Mambet, le Burkinabé Idrissa Ouedraogo et l’Iranien Abbas Kiarostami.

La cérémonie est marquée par la présence du jury international des quatre sections de la compétition officielle respectivement présidées par le Mauritanien Abderrahmène Sissako (Longs-métrages), le Tunisien Sofian al Fani (prix Tahar Cheriaa) et la Burkinabée N’Diaye Maimouna pour la section des courts-métrages et celle de Carthage ciné-promesse.

La cérémonie d’ouverture a pris fin, cédant la place à la projection, en avant-première, du film “Fleur d’Alep” de Ridha el Behi, une fiction sur les conflits dans le monde arabe et l’attraction vers l’obscurantisme. Juste avant la projection, toute l’équipe du film était invitée sur scène, notamment l’actrice tunisienne, installée en Egypte Hend Sabri au rôle principal, également coproductrice du film comme l’a annoncé le réalisateur.

 

Avec tap

Print Friendly


Pas de commentaire

Laisser un commentaire