Baya.tn

En images, un couple se bat contre le cancer…jusqu’à la mort !

«La bataille que nous n’avons pas choisie», c’est le titre qu’un couple newyorkais a donné à leur histoire; un couple qui a tenté de surmonter comme il pouvait et de se battre contre le cancer. Un homme auprès de sa femme dans son combat au quotidien. Mais qu’ils n’ont pas pu vaincre! À chaque sourire, joie, bonheur, amour, douleur, larme une photo.

Un e-book réalisé par le mari, au départ, en guise de souvenir, lorsqu’ils auront leurs enfants et futurs petits-enfants, une histoire à partager… Mais voilà ce n’est plus le cas! L’histoire d’Angelo et Jennifer, là voici comme il nous la raconte en mots et surtout en images:

«La première fois que j’ai vu Jennifer, je savais… Je savais que c’était elle. Je savais, tout comme mon père quand il chantait à ses sœurs dans l’hiver de 1951, après avoir rencontré ma mère pour la première fois, “je l’ai trouvée”.

Un mois plus tard, Jen a obtenu un emploi à Manhattan et elle venait rendre visite à son frère… À chaque visite mon cœur criait à mon cerveau, “dis-lui!“… Mon cœur a finalement prévalu et, comme un écolier, j’ai dit à Jen “J’ai le béguin pour toi“. Pour le soulagement de mon cœur battant, les beaux yeux de Jen pétillants, et elle dit: “Moi aussi!”

Six mois plus tard, j’ai emballé mes affaires et pris l’avion pour New York avec une bague de fiançailles dans ma poche. Cette nuit-là, à notre restaurant italien préféré, je me suis mis à genoux et je lui demandai si elle voulait se marier avec moi. Moins d’un an plus tard, nous étions mariés dans Central Park, entourés de notre famille et de nos amis. Plus tard dans la nuit, nous avons dansé notre première danse en tant que mari et femme, bercés par mon père et son accordéon – ♫ “Je suis dans l’humeur pour l’amour …” ♫

Notre mariage à Central Park

Cinq mois plus tard, Jen a été diagnostiquée avec le cancer du sein. Je me souviens du moment exact … la voix de Jen et la sensation d’engourdissement qui m’enveloppa. Ce sentiment ne m’a jamais quitté. Je n’oublierai jamais aussi la façon dont nous nous sommes regardés dans les yeux en se tenant par la main, “Nous sommes ensemble, nous serons bien.”

Jen m’a appris à aimer, à écouter, à donner et à croire en les autres et en moi-même. Je n’ai jamais été aussi heureux que j’étais à cette époque.

Tout au long de notre combat, nous avons eu la chance d’avoir un groupe de soutien solide…

Jen était dans la douleur chronique des effets secondaires de près de 4 ans de traitement et de médicaments.

 

À 39 ans, Jen a commencé à utiliser une marchette et était épuisée d’être constamment au courant de chaque bosse et d’un hématome. La peur, l’anxiété et les soucis étaient constants.

Mes photographies montrent notre vie quotidienne. Elles humanisent le visage du cancer sur le visage de ma femme. Elles montrent la difficulté, la peur, la tristesse et la solitude auxquelles nous avons été confrontés, auxquelles Jennifer a fait face. Le plus important de tous, elles montrent notre amour. Ces photographies ne nous définissent pas, mais elles sont nous.

Le cancer est dans les nouvelles du jour, et peut-être, à travers ces photographies, la prochaine fois qu’un patient atteint de cancer et qu’on lui demande comment il fait, comment il va… avec l’écoute, la réponse sera atteinte!es photographies montrent notre vie quotidienne. Elles humanisent le visage du cancer sur le visage de ma femme. Elles montrent la difficulté, la peur, la tristesse et la solitude auxquelles nous avons été confrontés, auxquelles Jennifer a fait face. Le plus important de tous, elles montrent notre amour. Ces photographies ne nous définissent pas, mais elles sont nous.

Jen et moi le 27-09-2011

“Aimez chaque morceau des gens dans votre vie” – Jennifer Merendino.

“Aujourd’hui sans elle,… j’essaye de survivre, je t’aime Jen”.

Pour plus de photos:” le combat de ma femme avec un cancer du sein“.

Lire aussi :

Le cancer, une augmentation incontrôlable… en Tunisie ?