Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /var/www/vhosts/baya.tn/httpdocs/wp-content/plugins/adsense-booster-manager/adsense-booster.php on line 155

La délégation régionale de la famille et de la population de Sousse a organisé, mardi 12 juin, une journée d’information pour présenter les résultats de l’étude nationale autour de la violence envers les femmes.

Cette étude réalisée dans le cadre du programme national sur l’égalité entre les deux sexes et la prévention de la violence envers la femme est basée sur un échantillon représentant la société tunisienne et composé de 4200 familles.

Elle révèle que 47,6 % des femmes interrogées ont déclaré qu’elles ont été victimes de différentes sortes de violence, au moins une fois, dans leur vie, alors que 32,9 % ont subi des violences, au cours des 12 derniers mois.

L’étude révèle, aussi, que le taux de propagation de la violence, dans le sud-ouest du pays, est le plus élevé avec 72,2 %, en comparaison avec le centre ouest qui enregistre le taux le plus bas, avec 35,9 %. Elle explique, d’autre part, que la violence contre la femme est exercée, la plupart du temps, en milieu conjugal, notamment pour les femmes divorcées.

45 % des femmes mariées ont déclaré que la violence leur a laissé des séquelles et des retombées négatives, sur les plans physique, psychologique et social, 50% d’entre elles ont affirmé qu’elles ont quitté le logement conjugal et 17,8 % ont eu recours à la justice.

Par ailleurs, 42 % des femmes mariées ont souligné qu’elles n’ont parlé à personne, auparavant, des violences qu’elles avaient subies, alors que 55 % considèrent que la violence dont elles sont victimes est une chose normale et qui ne mérite d’en parler, et que la famille est le seul refuge.

Les organisations non-gouvernementales, par exemple, ne sont citées que dans 5,4 % des cas.

Cette journée d’information a permis, en outre, de présenter des témoignages filmés sur des victimes de la violence conjugale, ainsi qu’une intervention autour de la protection légale de la femme contre la violence, en plus d’une table-ronde sur le rôle des médias, après la révolution, dans la prévention de la violence envers la femme.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here