Une femme armée de fusil et de grenades à main a été abattue alors qu’elle tentait d’attaquer le siège de la police d’Istanbul mercredi, un jour après l’attaque mortelle d’otage dans la capitale.

L’image de la femme rousse couchée sur le sol avec un fusil attaché à son corps et une arme de poing à ses côtés a émergé.

 

La femme armé quia été abattu alors qu'elle tentait d'attaquer le QG de la police d'Istanbul
La femme armé qui a été abattu alors qu’elle tentait d’attaquer le QG de la police d’Istanbul

Cette attaque intervient un jour après que le procureur turc Mehmet Selim Kiraz, 46 ans, est décédé à l’hôpital après que les membres du Parti-Front de libération (DHKP-C) populaire révolutionnaire ont pris d’assaut un palais de justice et l’a emmené en otage. La victime est morte après avoir été touché à la tête et à la poitrine.

Le bureau du gouverneur d’Istanbul a déclaré dans un communiqué, que  «Le siège de la police d’Istanbul sur la rue Vatan a été ciblé par des coups de feu et une terroriste a été tué dans l’affrontement ».

La photo du procureur terrifié avec un pistolet sur sa tête postée sur la page Facebook officielle du Parti-Front populaire révolutionnaire avant qu'il ne soit abattu
La photo du procureur terrifié avec un pistolet sur sa tête postée sur la page Facebook officielle du Parti-Front populaire révolutionnaire avant qu’il ne soit abattu

Kiraz, juge et père de deux enfants, travaillait au palais de justice quand il a été pris comme otage sur son lieu de travail. Son rôle dans l’enquête sur la mort du jeune Berkine Elvan lui a valu cette situation.

L’adolescent de 15 ans avait été grièvement blessé après avoir été frappé à la tête par une grenade lacrymogène tirée par un agent de police lors de manifestations anti-gouvernementales à Istanbul en juin 2013.  Après avoir passé 269 jours dans le coma, Elvan est décédé le 11 mars l’année dernière. Sa mort, et l’enquête subséquente, sont depuis devenus un point  de ralliement de l’extrême gauche du pays.

27338E2000000578-3021951-image-a-4_1427916806158

Le chef de la police Selami Altınok avait déclaré que les officiers ont pris d’assaut le bâtiment mardi après  avoir entendu des coups de feu auditifs, et  ont tué deux des hommes armés.

La situation d’urgence a débuté à 14h36 heure locale (12.36 GMT) lorsque des membres du Parti-Front de libération populaire révolutionnaire ont fait irruption dans le bureau de M. Kiraz.

La famille de Mehmet Selim Kiraz qui pleurer sur son cercueil lors de ses funérailles
La famille de Mehmet Selim Kiraz qui pleurer sur son cercueil lors de ses funérailles

Les images d’un militant masqué tenant un pistolet pointé sur la tête du procureur  ont été affichés sur la page du groupe Facebook, avec une demande adressé à la  police pour avouer à la télévision en direct dans l’heure les coupable du meurtre.

le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu ( à gauche), le fils de Mehmet Selim procureur tué Kiraz et le président de l'Assemblée nationale turque Cemil Cicek (à droite) paré du cercueil
le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu ( à gauche), le fils de Mehmet Selim procureur tué Kiraz et le président de l’Assemblée nationale turque Cemil Cicek (à droite) paré du cercueil

 

Dans une déclaration publiée par les médias turcs, la prise d’otages a été revendiquée par les gens de marxiste révolutionnaire de libération du Parti-Front, qui a été à l’origine d’une série d’attaques récentes.

Le cercueil d'Evan, un innocent de 15 ans. Il était sur son chemin pour acheter du pain au cours des manifestations de rue contre le gouvernement quand il a été frappé à la tête par une grenade de gaz à grande vitesse
Le cercueil d’Evan, un innocent de 15 ans. Il était sur son chemin pour acheter du pain au cours des manifestations de rue contre le gouvernement quand il a été frappé à la tête par une grenade de gaz à grande vitesse

Face à la prise d’otage, la famille de l’adolescent décédé a adressé un bref message sur les réseaux sociaux. Un message vidéo  du père d’Elvan,  qui semblait appeler  le groupe armé à  ne pas nuire au  procureur.

«Nous voulons la justice. Nous ne voulons pas que quiconque verse une goutte de sang. Nous ne voulons pas que d’autres mères pleurent ».

Le Parti-Front révolutionnaire de libération du peuple a déclaré sur son site web, qu’ il voulait que  le policier coupable du meurtre du jeune avoue le meurtre à la télévision, que  les officiers impliqués doivent être jugé dans les «tribunaux du peuple», et que les accusations contre ceux qui ont participé à des manifestations pour Elvan soient abandonnées, tout en accusant le parti AKP au pouvoir du meurtre.

 


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here